Psychanalyse engagée, entre dissidence et orthodoxie, Christophe Solioz (Paris: L'Harmattan (Etudes Psychanalytiques), 2014, 122 p.

Entre science et art, la psychanalyse présuppose une remise en question permanente de tout savoir ou théorie. Comment alors imaginer son institutionnalisation, et comment concevoir une formation qui ne se réduise pas à un apprentissage normatif ? Le résultat est souvent caractérisé par une structure autoritaire et hiérarchique, défensive et conservatrice ; et ce, au détriment d’un positionnement originaire centré sur la formulation d’un nouveau savoir (de l’inconscient), la fidélité à la cause freudienne, et un souci d’émancipation. Cet essai tente de prendre la mesure de la contradiction entre institution et psychanalyse, en examinant le positionnement de psychanalystes soucieux non seulement d’une adéquation entre l’objet — la psychanalyse — et son institutionnalisation, mais aussi d’une approche « engagée »… avant tout contre la momification de la psychanalyse.



Notamment dans sa construction, cet essai s'inspire de "Ravel, Ravel, Unravel", oeuvre d'Anri Sala présentée à la Biennale de Venise (2013). Il se clôt avec l'évocation de "Title Suspended" - oeuvre du même artiste - qui sert aussi de couverture. Ci-dessous, deux vidéos présentent ces oeuvres:

Anri Sala, Biennale de Venise, 2013

Christine Marcel, "Title Suspended" de Anri Sala, Paris, 2012


       cover    contents